Qui a répondu à l’invitation du président Jovenel Moïse ?

Published On juin 18, 2019 | By Samanta Bellange | Actualités

Invités lundi matin par le chef de l’Etat en sa résidence privée pour discuter sur la conjoncture du pays et initier une nouvelle fois un processus de dialogue, des représentants des secteurs syndical, religieux, privé, paysan, de la société civile et des droits humains ont brillé par leur absence. Contacté par Le Nouvelliste, chacun en ce qui le concerne a expliqué pourquoi il n’a pas répondu à l’appel de Jovenel Moïse.

Port-au-Prince et certaines villes de province ont connu ce lundi 17 juin une nouvelle journée de tension. Pour une deuxième semaine consécutive, les activités économiques, les transports en commun et les écoles ont été paralysés ou fortement affectés par des mouvements de protestation le plus souvent violents. Depuis la réalisation de la grande manifestation de rue à Port-au-Prince et dans des villes de province le dimanche 9 juin, il ne se passe pas un jour sans que des gens gagnent les rues pour exiger la démission du président de la République.

C’est dans ce contexte que le chef de l’Etat a voulu recevoir chez lui ce lundi 17 juin des représentants des secteurs syndical, religieux, universitaire, privé, paysan, de la société civile et des droits humains.

Dans l’invitation du palais national envoyée à ces différents secteurs nous lisons : « Le cabinet du président de la République vous présente ses compliments et a l’avantage de vous inviter à une audience avec le président de la République, Son Excellence Monsieur Jovenel Moïse, le lundi 17 juin en cours à 10 heures du matin, en sa résidence privée sise à Pèlerin 5. Des représentants des secteurs syndical, religieux, universitaire, privé, paysan, de la société civile et des droits humains participeront également à cette audience au cours de laquelle le président de la République souhaiterait connaitre leur lecture de la conjoncture actuelle, et mener des discussions qui aideront à ouvrir la voie au dialogue national prôné par tous. »

« La Conférence épiscopale d’Haïti (CEH)  n’a pas pris part à la rencontre avec le chef de l’État ce lundi matin. Dans le passé, dans l’un des messages, la CEH avait encouragé un dialogue ouvert et inclusif sans se proposer elle-même comme médiatrice ou facilitatrice », a confié au Nouvelliste lundi après-midi le président de la CEH, monseigneur Launey Saturné.

Invitée aussi à rencontrer le chef de l’Etat, la Fédération protestante d’Haïti qui, dans un premier temps, avait manifesté son intention de rencontrer Jovenel Moïse, a fini par se rétracter lundi matin en évoquant la situation de troubles sociaux dans l’aire métropolitaine.

Une source au sein de l’organisation Religions pour la paix a confié au Nouvelliste que quelqu’un du palais national les a aussi invités à rencontrer le chef de l’État, mais cette organisation interreligieuse n’a manifesté aucun désir de rencontrer le président de la République.

Le Nouvelliste a par ailleurs contacté un membre du Forum économique qui a confié au journal que le secteur privé n’avait pas reçu d’invitation de la part du président Jovenel Moïse. Il a souligné que de toute façon le secteur privé ne comptait pas rencontrer le chef de l’Etat.

Pour sa part, le président de la Plateforme des organisations haïtiennes de défense des droits humains (POHDH) a confié au Nouvelliste que ni lui ni des organisations comme le RNDDH, le CARDH, Justice et paix, entre autres, n’ont reçu d’invitation. « On n’aurait pas accepté de rencontrer le président non plus », a fait savoir au journal Maxime Rosny. Il a dénoncé le fait que pendant deux fois dans le passé, Jovenel Moïse leur avait manqué de respect au palais national après les avoir lui-même invités à une rencontre pour ensuite annuler la rencontre après environ une heure et demi d’attente.

René Monplaisir, coordonnateur du Secteur populaire haïtien, a été l’un des premiers invités à rejeter l’invitation du chef de l’Etat. Dans une correspondance responsive qu’il a envoyée au palais national nous lisons : « Le Secteur populaire haïtien a reçu votre invitation à prendre part à une audience avec le président de la République, malheureusement, nous avons le regret de vous annoncer que nous ne pourrons pas assister à cette audience.

En effet, nous constatons que : 1) Les représentants du Secteur démocratique et populaire, Fanmi Lavalas, Pitit Dessalines, les 4 sénateurs et les députés de l’opposition, les forces vives de la nation sont absents. 2) D’autant plus, les partisans zélés du PHTK ont prodigué des menaces à l’endroit d’hommes politiques, des hommes d’affaires, de militants de l’opposition et de membres de la presse. »

Amary Joseph Noël, coordonnateur général de la Coalition des Haïtiens pour la réconciliation a lui aussi écrit au Palais national pour décliner l’invitation. « Des difficultés techniques objectives nous ont empêché de nous réunir pour construire l’argumentaire d’une position concertée en la circonstance. Par conséquent, je n’ai pas reçu de mandat de l’organisation pour prendre part à la rencontre à laquelle j’ai été conviée », lit-on dans la réponse du professeur Noël.

Charles Suffrard, responsable de KOZEPEP, l’une des plus importantes organisations paysannes, a fait savoir au journal qu’il n’avait pas reçu d’invitation du Palais national.

Le Nouvelliste a en outre contactés plusieurs responsables d’associations syndicales. Aucun d’eux n’a reçu d’invitation pour rencontrer le chef de l’Etat.

S’agissant des représentants des Universités, le président de la Conférence des recteurs, présidents d’universités et d’institutions d’enseignement supérieur, Fritz Deshommes a confié au journal qu’il n’était pas au courant de cette rencontre avec le chef de l’Etat.

Le journal a tenté en vain d’entrer en contact, lundi soir, avec le chef de cabinet du président de la République, Nahomme Dorvil, pour savoir si la rencontre avait eu lieu. Le Nouvelliste n’a pas pu non plus trouver un seul secteur qui ait répondu à l’invitation du chef de l’Etat.

Le Nouvelliste

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam