Pénitence pour nos actions et nos inactions

Published On avril 16, 2019 | By Samanta Bellange | Uncategorized

Quasimodo et Esmeralda, Hugo et Plamondon vont dormir à la belle étoile. La cathédrale Notre-Dame a brûlé, à Paris, ce lundi. Le monument, plus connu à cause de la comédie musicale que pour la basilique, a une résonance en Haïti. Pari est pris, par les mauvaises langues, qu’il sera reconstruit- la construction initiale avait pris 182 ans- avant que nous ne retrouvions notre cap.

Les CV, les costumes et les talons kikit sont de sortie. Le pays cherche des ministres pour le gouvernement de Lapin. Les démarches sont en cours pour garder X et remplacer Y. La chaise musicale marche à fond pour le troisième gouvernement de Jovenel Moïse. Le président de la République, plus malin qu’on ne le croit, cherche des parlementaires pour porter leurs candidats, pendant que le Premier ministre, comme ses prédécesseurs, va sans doute jouer à celui qui ne comprend pas qui nomme vraiment les ministres. Les grandes manœuvres sont en marche, c’est ainsi que les gouvernements prennent forme et que l’État se déforme en Haïti.

Même dans les quartiers les plus résidentiels, elles s’installent ou se battent, comme à Musseau, pour poser leurs réservoirs et ouvrir commerce au détriment de la sécurité et de la quiétude des riverains. il n’y a jamais eu autant de stations d’essence en Haïti que ces derniers jours. Il y a les officielles avec noms connus et affiliations et les nouvelles stations blanches qui n’ont ni nom ni enseigne. Yo la. Des dizaines de stations d’essence supplémentaires, mais de moins en moins d’essence dans les pompes. On dirait que c’est par roulement que le gaz est débité. Que l’État ne sait plus quoi faire avec cette affaire de pétrole.

Les Forces Armées d’Haïti prennent forme. Laquelle ? C’est une autre question. Une classe de soldats, bientôt tous sous-officiers, a été diplômée au Mexique la fin de la semaine écoulée. Toute une classe. Dans la même école. Dans le même pays. Formée à devenir qui ou quoi ? On le saura un jour. La Police nationale d’Haïti, il n’y a pas si longtemps, avait dans ses rangs des officiers formés dans un même pays : l’Equateur. On connait la suite. Les Forces Armées d’Haïti, dans leur doctrine, avaient compris qu’il fallait éviter que trop d’hommes originaires d’une même région intègrent une promotion, les FADH savaient qu’il fallait éparpiller les cadets dans différents pays lors de leur spécialisation. L’armée d’avant savait, cela ne l’a pas empêché de sombrer. L’armée nouvelle passe par une autre stratégie.

Ce lundi, les nouvelles d’escarmouches ou de violence caractérisée ont défilé sur les réseaux sociaux. Des affrontements à La Saline, des tirs à Cité Soleil. Des morts à Canaan. Un énième camion détourné à Martissant. Une route bloquée ici ou là. Des barricades ou de petites manifestations par-ci par-là. Rien de radical, mais un bouquet de petites inquiétudes. Ainsi va la ville et la grande région métropolitaine, ainsi va le pays. Quand le port et les routes ne sont pas sûrs, tout le monde en paie le prix. Le désordre ambiant alimente les incertitudes, pèse sur le climat des affaires, pénalise la valeur de la gourde, passe la facture à toute l’économie, handicape la croissance. Semaine après semaine, n ap fè bak. Lentement, mais sûrement.

Bonne semaine sainte à tous, surtout à ceux qui ne feront pas pénitence ni pour leurs actions ni pour leur inaction qui nous causent tant de torts!

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam