Normil Rameau installé à la tête de la PNH

Published On août 28, 2019 | By Samanta Bellange | Actualités
Le Premier ministre a.i. et démissionnaire Jean-Michel Lapin a procédé à l’installation du directeur général a.i. de la PNH Normil Rameau, à la direction générale, à Pétion-Ville, en présence de l’état-major et d’autres gradés, de l’institution policière, mardi 27 août 2019.

Le chef du CSPN a souligné à l’attention du remplaçant de Michel-Ange Gédéon qu’il prend en charge la PNH à une « période difficile », marquée par des défis majeurs dont l’un consiste à assurer la sécurité d’une population fatiguée. Jean Michel Lapin a appelé Normil Rameau à mettre à profit toutes les techniques, dans le respect des droits humains, « pour ramener la paix dans les rues et dans les familles.

« M. le directeur général a.i., l’heure est à l’action », a insisté le Premier ministre Jean-Michel Lapin qui a promis l’action du gouvernement sur l’ordre social vétuste et le support nécessaire à la PNH.

Le nouveau patron a.i. de la PNH, Normil Rameau, après une minute de silence observée à la mémoire des policiers assassinés et de toutes les victimes de l’insécurité, a d’abord souligné que le président Jovenel Moïse ne sera « pas déçu » d’avoir placer sa confiance en lui. Il s’est montré ouvert à travailler avec les sénateurs chargés de le ratifier ou non. « Il n’y a pas de formule miraculeuse », a-t-il dit, soulignant qu’il est ouvert aux propositions des sénateurs pour concevoir et implémenter sa nouvelle vision et son plan d’action. Normil Rameau, qui a poussé les portes de la police en 1995, a mis l’emphase sur la base de la PNH, essentielle à la solidité et à l’efficacité des actions de l’institution.

« La PNH ne sera pas solide si sa base n’est pas solide »,  a-t-il dit, s’engageant à faire reculer la précarité dans les rangs et dans la vie des policiers. Normil Rameau a indiqué que les policiers devaient servir et non se servir. Sans détour, il a annoncé la reprise du « processus de certification » au sein de l’institution. L’ex-patron de la DCPJ, qui préside aujourd’hui à la destinée de la PNH, a promis de lutter contre la criminalité, à renforcer les capacités pour que celle-ci soit efficace dans son action. Normil Rameau assure que la PNH ne sera ni polarisée, ni politisée. « La neutralité a un prix. C’est le statut de l’institution qui l’impose », a-t-il indiqué en mettant en avant la méritocratie.

Le nouveau directeur général a. i, sans prendre de gants, sans citer de noms, a décoché une flèche en direction de la police judiciaire qu’il avait dirigée avant de se rendre à Washington. En juillet 2018, le taux de kidnapping était presque nul. Il n’y avait pas autant de vols de véhicules, a-t-il indiqué avant de balancer « que le laxisme est donc toujours coupable ».

Le directeur général sortant, Michel Ange Gédéon dont le « professionnalisme accompli » a été félicité par le Premier ministre Jean-Michel Lapin, a fait une sortie avec fracas, sans langue de bois.

« Boucler ce mandat de trois ans était un vrai défi, diriger l’institution jusqu’à ce jour a été une rude épreuve », a confié Michel Ange Gédéon qui souligne avoir travaillé dans des conditions d’adversité, survoler de « nombreuses zones de haute turbulence rendant le parcours plus difficile qu’il ne devrait être ».

« J’adresse des remerciements spéciaux aux collaborateurs fidèles que je pouvais compter sur les doigts de la main. Je remercie les moins fidèles et les envieux qui m’ont appris une nouvelle dimension de l’ingratitude humaine. Je remercie également les traîtres et les détracteurs qui m’ont permis de gagner en expérience et en maturité, a-t-il poursuivi.

« Aux jeunes cadres de la génération montante, aux jeunes cadres ici présents, je vous demande de faire un faisceau autour de celui qui va endosser la responsabilité de tenir le maillet, a indiqué Michel Ange Gédéon.

« Il y en a qui vont faire la fête, il y en a pour qui l’instant présent est un moment de grande jubilation parce que je vais partir. Mais à ceux-là, je voudrais dire que cela ne prendra pas longtemps pour qu’on dise : « Si Gédéon te la », a affirmé Michel Ange Gédéon.

Conseil d’un DG à l’autre…

« Monsieur le nouveau directeur général de la PNH, je vous préviens, la tâche ne sera pas facile. Elle sera parfois pénible, compliquée et périlleuse. Certaines fois, il vous faudra faire l’effort d’oublier votre orgueil pour défendre la PNH, pour défendre votre pays. Sachez que les vrais bandits à craindre ne sont pas ceux connus de tous, mais ceux qui circulent en costume et chemise blanche, roulant de grosses cylindrées », a précisé Gédéon.

« Dans des moments difficiles, vous allez vous trouver seul face à de hauts cadres de l’Etat pour la plupart sans hauteur, sans poigne, fuyards et malhonnêtes, privilégiant les commérages malveillants, les ragots désobligeants, les petits coups bas d’amateurs stupides et débiles. Ils ne sont habiles qu’à faciliter des courts métrages dignes de metteurs en scène de seconde zone, au lieu de poser les vrais problèmes avec hauteur et dépassement de soi. Haïti est le pays des paradoxes !  Gardez votre calme et votre pondération quand des arrogants qui devraient être en taule croient pouvoir vous dire n’importe quoi par manque d’éducation», a souligné Michel Ange Gédéon.

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam