Du gel des 229 millions du FMI à la demande de moratoire du président de la Chambre des députés

Published On avril 11, 2019 | By Samanta Bellange | Uncategorized

Lors de son point de presse, vendredi 22 mars 2019, au Salon diplomatique, le président Jovenel Moïse avait tenu à apporter une « clarification » après son retour d’un minisommet aux Etats-Unis avec quelques pays des Caraïbes autour du président américain Donald Trump, sur la question du gel des 229 millions de dollars octroyés par le Fonds monétaire international (FMI) à Haïti. « J’aimerais apporter une clarification sur une nouvelle, pour ne pas dire une mauvaise nouvelle qui circule sur la question du FMI selon laquelle le FMI gèle 229 millons de dollars qu’il a octroyés à Haïti», avait avancé le président Jovenel Moïse, affirmant qu’il n’en était pas question. 

« J’ai parlé au Premier ministre a.i. (Jean Michel Lapin) et au ministre des Finances. J’ai également soulevé le point à l’occasion d’une rencontre avec l’ambassadeur Bolton. Et je crois que cela a à voir avec le programme de trois ans que nous avons signé », avait déclaré Jovenel Moïse, avant d’annoncer que l’accord sera approuvé le 24 avril prochain par l’équipe du Fonds monétaire international. « Nous attendons l’approbation de l’équipe (du FMI) », avait poursuivi le président de la République.

Dans un article publié le vendredi 22 mars 2019, dans le quotidien Le Nouvelliste, titré «Le FMI gèle les 229 millions de dollars en attendant le prochain gouvernement », Gerry Rice, directeur de communication au FMI, avait annoncé que l’institution attend la formation d’un nouveau gouvernement et la ratification du budget de l’exercice en cours pour avancer dans l’application du programme de prêt concessionnel de 229 millions de dollars à 0% sur trois ans octroyé à Haïti.

Le journal a appris que la position du FMI n’a pas changé depuis l’intervention de M. Rice, le 21 mars. Un pays membre est engagé à travers son exécutif, et par conséquent, le Fonds attend la formation du nouveau gouvernement et la soumission du projet de budget 2018-19 pour continuer le processus d’approbation par le conseil d’adminitration du programme négocié au niveau technique en mars dernier.

Le président de la Chambre des députés, Gary Bodeau, lors de la réunion de printemps du FMI, a sollicité un moratoire jusqu’au mois de juin, le temps qu’il a estimé nécessaire pour l’aboutissement du processus de mise en place du nouveau gouvernement. Bodeau n’est pas dans le déni ou la mauvaise interprétation des exigences du Fonds, a appris le journal d’une source, qui a souligné que le conseil d’administration, dans ce cas précis, est comme un comité de crédit d’une banque. Le FMI a son chronogramme, a-t-elle dit. Il serait plus intelligent pour les Haïtiens de faire ce qu’il faut, de cesser de surprendre dans le mauvais sens et se mettre effectivement à travailler pour faire face aux sérieux défis économiques, financiers et sociaux auxquels le pays est confronté.

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam