Quelle est la mission du sous-secrétaire d’Etat David Hale à Port-au-Prince ?

Published On mars 1, 2019 | By Samanta Bellange | Uncategorized

Quelques jours après la décision de l’ambassade américaine d’annuler les visas de certains chefs de file de l’opposition farouche au président Jovenel Moïse, l’administration Trump dépêche, à Port-au-Prince, son sous- secrétaire d’Etat aux Affaires politiques David Hale. Sa mission consiste à encourager le dialogue national interhaïtien enclenché par le président Jovenel Moïse sur la crise politique et exprimer l’attachement de Washington au renouvellement des élus à travers les élections. La visite du sous-secrétaire d’Etat est sans nul doute l’expression de l’appui de l’administration Trump à Jovenel Moïse qui, depuis quelques mois, est décrié aux yeux de la population qui ne peut plus supporter la hausse accélérée des prix des produits de première nécessité, et l’opposition qui réclame à cor et à cri sa démission.

Traditionnellement, Washington délègue des officiels américains en Haïti à l’occasion de la période électorale présidentielle et en temps de crise politique aiguë. David Hale doit rencontrer le président Jovenel Moïse et son Premier ministre Jean-Henry Céant, des leaders politiques, des membres du secteur privé et de la société civile. C’est une nouvelle mise en garde qui sera lancée à l’opposition qui s’en tient à la démission du président Jovenel Moïse. Il est assez difficile de déterminer pour l’instant quel comportement va adopter l’opposition par rapport à l’offensive de Washington qui soutient les autorités de Port-au-Prince. Il est de coutume du côté du gouvernement américain d’annuler les visas des membres de l’opposition quand le pouvoir en exercice garantit les intérêts des Etats-Unis.

Si le soutien politique de Washington permet à Jovenel Moïse de rester au pouvoir pour l’instant, qu’adviendra-t-il de la crise économique ? Avec 81 gourdes pour un dollar américain actuellement, les prix des produits de première nécessité grimpent constamment. Les dizaines de milliers de manifestants, qui déambulaient dans les rues des différentes villes du pays, le mois dernier,  crachaient leur colère en raison du taux élevé du chômage, de la misère et de la mauvaise gouvernance. Comment Washington va-t-il venir en aide à l’administration Moïse pour freiner la décote de la gourde afin de parvenir à la baisse des prix des produits de première nécessité ?

De 2005 à aujourd’hui, les entreprises européennes représentent les premiers investisseurs privés en Haïti avec 1,5 milliard de dollars. Que notre pays soit stable ou bouleversé, nous ne recevons pas d’investissement américain. Le gouvernement américain n’encourage pas les entrepreneurs américains à investir en Haïti, alors que de l’autre côté de la frontière, les investissements américains sont considérables. Pourquoi cette discrimination à l’endroit d’Haïti ?

Au début des années 80, le Fonds monétaire international, sur instruction du gouvernement américain, exerça des pressions sur le gouvernement haïtien pour libéraliser le marché sous le fallacieux prétexte de moderniser l’économie haïtienne. Port-au-Prince résista aux exigences du FMI jusqu’au départ de Jean-Claude Duvalier en 1986. A l’arrivée de Lesly Delatour comme ministre de l’Economie et des Finances du Conseil national de gouvernement, en 1986, le FMI obtint gain de cause. Le commerce devint libre, les entreprises haïtiennes furent livrées à la vindicte des multinationales. Sans protection aucune, les industries haïtiennes renoncent à la production, les unes après les autres, pour se tourner vers l’importation des biens qu’elles produisaient auparavant. Avec le retour à l’ordre constitutionnel en 1994, Bill Clinton imposa à Aristide l’adhésion d’Haïti à l’Organisation mondiale du commerce. Jean-Bertrand Aristide accepta et se vit obligé de baisser les barrières tarifaires qui protégeaient les produits agricoles.

Mis à part les problèmes inhérents à la mauvaise gouvernance de notre pays, n’y a-t-il pas un autre pays qui soit responsable de la débâcle de l’économie haïtienne qui entraîne la misère, le chômage et les mauvaises conditions de vie en Haïti ?

source Le Nouveliste

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam