Le secteur privé appelle à un sommet présidentiel Moïse/Medina dans la lutte contre la contrebande…

Published On mars 26, 2019 | By Samanta Bellange | Actualités

L’ADIH, l’AMCHAM et la Chambre de commerce et d’industrie d’Haïti appellent à la tenue d’un sommet présidentiel entre Jovenel Moïse et Danilo Medina sur la règlementation du commerce et autres dossiers importants intéressant les deux pays dans une note publiée à la suite de la publication du rapport de la CSIS sur la contrebande à la frontière, à Washington le week-end écoulé.

« Nous croyons fermement qu’un sommet présidentiel devrait avoir lieu régulièrement pour prendre des mesures concrètes devant permettre de réglementer le commerce, la migration, l’énergie et l’environnement », ont appelé ces associations du secteur privé des affaires.

« Cependant, le succès d’une telle initiative serait mieux garanti en allant au-delà des acteurs des secteurs privé et public traditionnels, notamment la société civile élargie (les universités compétentes, le secteur des affaires, les parlementaires, les partis politiques et les acteurs engagés dans le contrôle et la sécurité et les organisations des droits humains et la migration) », ont-elles indiqué.

«Il est donc impératif, en effet, de soutenir la commission bilatérale mixte et les sous-commissions de celle-ci et de leur accorder les pouvoirs et les ressources nécessaires à la réalisation de recommandations pertinentes », ont conseillé ces associations du secteur privé, soulignant que « la mise en commun des informations doit être une priorité pour les deux pays afin d’assurer la continuité, la cohérence des engagements de haut niveau et un suivi approprié de la mise en œuvre ».

À Washington, le week-end écoulé, lors de la présentation du rapport CSIS, il y a eu une sorte d’unanimité à reconnaître que, sans volonté politique au plus haut niveau, les lignes ne bougeront pas.  « La volonté politique pour lutter contre la contrebande n’a jamais existé », avait affirmé tout de go Georges Sassine, président de l’ADIH.

Le président de l’AMCHAM, Laurent Saint-Cyr, avait estimé qu’il faut sortir de l’assistanat en se donnant les moyens, en tant qu’État, pour lutter contre la contrebande et percevoir les taxes pour que le pays soit financièrement autonome. « Nous devons changer de formule », a affirmé M. Saint-Cyr au journal Le Nouvelliste.

La création de la commission binationale mixte avait suscité des espoirs. Mais le temps a démontré l’inefficacité de cette structure. Sans condescendance, des diplomates dominicains présents à Washington ont cependant souligné la nécessité pour Haïti de faire fleurir sa démocratie et d’appliquer un projet de développement national, fruit d’un consensus entre les élites.

 

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam