L’ambassadeur du Chili, Patricio Utreras, «a vu la mort en face»

Published On avril 3, 2019 | By Samanta Bellange | Uncategorized

« Nous étions à Boutin à 10 heures et nous avons démarré la visite  à 11 heures environ. Soudain, une camionnette a fait irruption, cinq individus armés sont descendus et ont commencé à tirer immédiatement sans rien dire. Un des premiers tirs a atteint le chauffeur de l’America Solidaria, il a été apparemment tué sur-le-champ et un autre chauffeur de l’ambassade a été blessé à la main…C’était très difficile… » Le récit poignant de l’ambassadeur du Chili à Port-au-Prince qui revient sur l’attaque dont il avait été victime la semaine dernière à Boutin, une zone de la commune de Croix-des-Bouquets.

« D’après ce qu’on m’a dit, ils nous ont attaqués aussi avec une arme de calibre AK-47. Avant de me jeter par terre, je crois avoir vu un des assaillants… Nous avons été sauvés de justesse. À un certain moment, nous étions tous par terre sous les balles des bandits… », a expliqué le diplomate chilien Patricio Utreras dans une interview exclusive accordée mardi au Nouvelliste à l’ambassade du Chili. Il se remet peu à peu de l’attaque, mais il n’a rien oublié.

« Mon équipe de sécurité, ils sont des policiers chiliens, a réagi professionnellement et a pu repousser l’attaque et nous sommes remontés dans les véhicules et avons pris la fuite en catastrophe », a-t-il ajouté. Un véhicule de l’America Solidaria est resté sur les lieux à la suite du décès du chauffeur.

Les bandits ont à nouveau ouvert le feu sur le cortège diplomatique qui roulait à vive allure. Ils ont même essayé de barricader la route avec une motocyclette, a rapporté l’ambassadeur chilien. La police nationale leur a envoyé, par la suite, un convoi pour les évacuer et permettre au chauffeur blessé, un Haïtien, de se faire soigner.

Outre le chauffeur tué et l’autre blessé à la main, l’épouse de l’ambassadeur qui l’accompagnait à la visite a été fracturée à l’épaule. « Dieu merci, ma sécurité avait été renforcée bien avant l’attaque. Si tel n’était pas le cas, je ne pourrais pas imaginer quelle serait la situation aujourd’hui », a-t-il confié avec satisfaction et toujours sous le choc.

L’ambassadeur Patricio Utreras ne pense pas avoir été ciblé personnellement. Cependant, il croit qu’au moment de l’attaque, ni sa vie, ni celle de sa femme, ni celle des membres de la délégation n’étaient exemptées. Le diplomate ne connaît pas non plus la motivation des bandits. « Peut-être qu’ils voulaient prendre les armes des agents de sécurité, peut-être qu’ils voulaient voler les véhicules… je ne sais pas… », a-t-il avancé.

Interrogé sur la prise d’otages des dix personnes, le diplomate chilien a souligné au Nouvelliste que ces personnes n’étaient pas à Boutin avec lui au moment de l’attaque. Ils ont été pris en otage sur un autre site que devait aussi visiter la délégation diplomatique. « Nous n’avions pas participé aux négociations pour la libération de ces otages, nous ne l’aurions pas fait non plus parce que le gouvernement chilien ne négocie pas avec des bandits… », a-t-il précisé, soulignant aussi que la prise d’otages ne concernait pas des ressortissants chiliens.

L’ambassadeur chilien exige que la lumière soit faite sur le dossier

« Nous ne savons pas quelles étaient les intentions des assaillants. C’est pourquoi j’ai insisté auprès des autorités haïtiennes et je vais continuer à insister auprès de la police, de l’exécutif et de tout le monde qui veut m’écouter, qu’il faut absolument faire la lumière sur cet événement. Qu’est-ce qui s’est passé ? Pourquoi ? », se questionne le diplomate étranger avant de souligner que c’est la première fois qu’un diplomate étranger a été attaqué de cette façon en Haïti.

Selon le diplomate, faire la lumière sur cette attaque n’est pas important seulement pour l’ambassade du Chili à Port-au-Prince, mais c’est aussi important pour toutes les missions diplomatiques et pour les organisations qui travaillent sur le terrain en Haïti.

En revanche, l’ambassadeur Patricio Utreras a rassuré que rien n’a changé dans les relations entre Haïti et le Chili. « Nous continuons à collaborer et à coopérer avec Haïti comme toujours », a-t-il soutenu. Il dit avoir reçu après l’attaque  les appels téléphoniques du président de la République, du Premier ministre, du ministre des Affaires étrangères, du directeur général de la police nationale. Il a aussi reçu la visite du président de la Chambre des députés.

Toutefois, le diplomate a insisté sur le fait qu’il faut diligenter une enquête sur l’attaque. « C’est important qu’il n’y ait pas d’impunité sur ce sujet », a-t-il exigé.

La visite  dans la zone de Boutin a été planifiée plusieurs jours à l’avance avec la communauté, a-t-il rappelé. Selon M. Utreras, l’America Solidaria travaille dans cette localité depuis 9 ans. Le diplomate estime que la population de Boutin n’est pas complice de l’attaque contre sa délégation.

Après cette attaque, le diplomate chilien avoue ne pas savoir si la fondation America Solidaria va poursuivre le projet. Toutefois, il a donné la garantie que son gouvernement va continuer à supporter financièrement le projet.  « De notre côté, il n’y aura aucun changement », a-t-il soutenu.

Selon le diplomate, les habitants des zones visées par le projet d’eau potable peuvent marcher plus d’une heure pour aller chercher de l’eau non traitée dans un puits. 3 000 à 4 000 personnes sont concernées par le programme.

Pour un montant de 824 271 dollars, l’America Solidaria finance pour le compte de la DINEPA un projet de forage qui devait permettre à 3 500 personnes de la communauté de Boutin d’avoir accès à l’eau potable à travers la construction d’un réseau avec 10 points de distribution (6 kiosques dans la communauté et 4 écoles) ; à l’assainissement à travers des solutions sanitaires améliorées ; et assurer une gestion durable à travers la capacité du comité communautaire (inclus la CAEPA), la formation et la sensibilisation de la communauté à la santé et l’hygiène, a consulté le journal dans la fiche technique du projet.

Le diplomate chilien tenait à souligner que l’America Solidaria n’est pas une ONG chilienne, mais une fondation qui est dirigée par des Haïtiens. Le projet de forage et des travaux d’assainissement est supporté en partie par le gouvernement chilien à hauteur de 250 000 dollars.

 

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam