Annulation du carnaval national 5 jours avant son lancement : Gonaïves reste un coup à jouer

Published On février 28, 2019 | By Samanta Bellange | Uncategorized

 

L’opération « Pays Lock  » sur fond de protestations contre le pouvoir en place, l’augmentation du coût de la vie et la corruption a eu raison du carnaval national. Cette grande fête n’aura pas lieu comme prévu aux Gonaïves avec le faste qu’on connaît, suite à une décision tardive du gouvernement le mercredi 27 février 2019. Mais la mairie de la cité de l’Indépendance n’a pas encore dit son dernier mot.

Si le carnaval national est annulé, tout n’est pas perdu pour la ville des Gonaïves qui espérait ses trois jours de festivités. Pour les opérateurs culturels et les commerçants qui souhaitaient que cette grande fête populaire du pays se tienne dans la cité de l’Indépendance, il y a une fenêtre d’opportunité. Le ministre de la Culture, Jean Michel Lapin, a fait savoir que  les 50 millions de gourdes que l’Etat avait disposées pour contribuer à la réalisation du carnaval national resteront disponibles pour « supporter les mairies dans l’organisation du carnaval dans leurs municipalités ».

Maintenant la balle est dans le camp de la mairie des Gonaïves qui doit organiser seule son carnaval même si le comité national s’est dit prête à « discuter du format et de l’orientation des trois jours » si elle décide d’organiser des festivités, ne serait-ce qu’avec les bandes à pied. De toute évidence, avec la conjecture actuelle du pays, aucun préparatif n’était en cours jusqu’ici par la logistique du carnaval.

L’administrateur de la mairie des Gonaïves, Junior Thélusma, joint par téléphone, malgré cette possibilité qui s’offre à eux n’était pas trop enthousiaste. Il se doutait même de la faisabilité du carnaval avec un délai aussi serré. Il affirme ne pas être informé ce que le maire Neil Latortue aura à décider, mais ce qui est sûr, ajoute-il, lundi la mairie a rencontré les bandes à pied qui ont exprimé leur volonté de gagner les rues pour créer une ambiance carnavalesques. Mais la mairie ne savait pas trop quoi faire en attendant que le gouvernement décide.

Le collaborateur du Nouvelliste sur place a tenté en vain de connaître la décision finale du maire Latortue. Pour l’instant, les responsables de la mairie ne veulent rien communiquer sur leur décision par rapport à l’offre du gouvernement. Contrairement aux conseils municipaux de Port-au-Prince, Croix-des-Bouquets et de Pétion-Ville qui ont tranché pour annuler toutes les festivités du carnaval depuis deux semaines, la mairie des Gonaïves traînait encore. Elle attendait le verdict du gouvernement qui voulait organiser le carnaval national d’après l’ordre d’attribution qui avait été établi par le président Jovenel Moïse peu de temps après sa prise de fonction.

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam