Published On novembre 27, 2019 | By Samanta Bellange | Actualités

Depuis la suspension des activités aux centrales de Varreux, le 4 novembre dernier, on assiste à un rationnement du courant électrique dans plusieurs quartiers de l’aire métropolitaine. Entre-temps, ces deux centrales, sur ordre de la justice, ont été remises à l’État haïtien via l’Électricité d’Haïti (EDH). Le rationnement demeure car l’institution publique n’est pas encore en mesure de faire fonctionner ces deux centrales. Le directeur général de l’EDH, Jean Nicolas Hérvé Pierre-Louis, annonce plusieurs mesures afin d’améliorer la distribution du courant, notamment la remise en fonction des centrales de Varreux.

Le directeur général de l’EDH, Jean Nicolas Hervé Pierre-Louis, promet une distribution moyenne de 6 à 8 heures d’électricité par jour dans la zone métropolitaine pour cette fin d’année. La centrale hydroélectrique de Péligre qui a une capacité de 36 mégawatts, la centrale de l’E-Power qui peut fournir 29 mégawatts et les deux centrales de Carrefour combinées qui fournissent 10 à 15 mégawatts sont chargées d’alimenter cette zone. Les deux centrales de Varreux ne seront pas opérationnelles d’ici les trois prochaines semaines. L’EDH dit promettre de tout mettre en œuvre afin de minimiser le plus possible l’impact dû à l’arrêt de ces centrales.

Les deux centrales en question ont une capacité installée de 57.4 mégawatts et environ 40 mégawatts disponibles, ce qui représente environ un tiers de la disponibilité pour Port-au-Prince et ses environs. L’arrêt de ces deux centrales ne pouvait ne pas avoir de conséquences sur la distribution d’électricité dans la capitale haïtienne. De son côté, le directeur général se dit conscient de cette situation. Tout en affirmant que la non-alimentation de la partie nord de la capitale n’est pas liée à cet arrêt, M. Pierre-louis espère qu’elles seront fonctionnelles avant les fêtes de fin d’année pour améliorer la distribution dans cette partie du pays.

Au cours de la conférence de presse tenue ce mardi au siège social de l’institution, le titulaire de l’EDH n’a mis l’emphase que sur l’aire métropolitaine. En ce sens, Jean Nicolas Hervé Pierre-Louis se dit conscient de la situation dans la zone des Palmes et dans le Sud qui sont dans le noir depuis tantôt trois mois. Le contrat pour l’approvisionnement de ces zones a été confié, révèle-t-il, à Haytrac de 2008 à 2014. À la fin du contrat, rien n’a été décidé et le contracté a continué de produire suivant les mêmes clauses. Un contrat qui, de l’avis du directeur général, ne priorisait pas les intérêts de l’État haïtien. La décision était de résilier ce contrat et les autorités projettent d’installer de nouveaux moteurs afin de fournir à ces zones de l’énergie électrique.

Il ne s’agit pas d’un projet à très court terme. Dans le meilleur délai, une telle décision devrait être effective à partir du mois d’avril 2020. Entre-temps, des discussions ont été entamées avec les responsables de la compagnie afin de continuer à desservir cette population suivant de nouvelles clauses. Selon M. Pierre-Louis, il faut protéger l’État de ce genre de contrat.

C’était l’occasion de rappeler à la presse que les centrales construites dans le cadre de coopération tripartite, ont été confiées à l’EDH il y a plus de sept mois. Dans ce cas, l’institution qu’il dirige a plus de responsabilités. C’est pourquoi il dit prévoir une campagne de recouvrement très actif en cette période de fin d’année. Les dettes à l’endroit de l’entreprise publique sont estimées à 22 milliards de gourdes si l’on en croit le responsable. Il affirme enjoindre, à cet effet, les autorités gouvernementales, le secteur privé, les entreprises commerciales, les résidents et les municipalités de s’acquitter de leurs dettes envers l’institution.

Pour ce faire, deux kiosques ont été placés à Eagle market de Delmas 83 et à Big Star market de Pétion-ville. Selon qu’il s’agit de clients résidentiels, commerciaux ou industriels, des rabais de 7 à 10% sont réservés à ceux qui honorent leur dû entièrement. Cette campagne prendra fin le 31 décembre prochain et si l’on en croit M. Pierre-Louis, les endettés qui n’acquitteront pas leur facture dans le délai imparti verront leurs noms et leurs adresses publiés sur le site internet de l’EDH.

Concernant le courant 24/24 promis par le président de la République, le directeur général affirme que le décret de février 2016 a créé et légalisé une institution qui prend en compte ce projet. Il faut, soutient-il, commencer quelque part et  les récentes décisions concernant le secteur ont été prises en ce sens. Ainsi, l’Électricité d’Haïti n’a plus le monopole en ce qui a trait à la production, au transport, à la distribution et à la commercialisation du courant électrique. Depuis ce décret, le marché est libéralisé. La politique du secteur ne dépend plus que de l’EDH. Il revient à l’Autorité nationale de régulation du secteur énergétique (ANARSE) de mettre les balises afin d’y parvenir.

Like this Article? Share it!

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Protected by WP Anti Spam